l’absence n’est pas vide de sens

il y a des rencontres impromptues, des rencontres inattendues, des rencontres qui vous chamboulent, des rencontres qui vous enferment, des rencontres qui vous délivrent, des rencontres qui font sourire, des rencontres qui font pleurer.

Il y a des rencontres qui font espérer, des rencontres qu’on veut préserver, des rencontres anodines, des rencontres qu’on veut cacher, des rencontres qu’on veut crier au monde.

Il y a des rencontres qui vous font parfois faire des erreurs, des rencontres qui vous apprennent dans la douleur, des rencontres soleil, des rencontres épineuses qui finissent par aboutir sur des merveilleuses découvertes.

J’ai arrêté d’écrire en 2011 et je m’aperçois aujourd’hui que c’est aussi beaucoup en lien avec ce mot rencontre.

Un jour un prêtre frère ami m’a dit « tu sais la vie c’est pas un chemin tout droit, on a nos pics de foi et nos ravins. C’est un cycle, un peu comme la pluie et le beau temps. L’un précède l’autre mais le soleil revient toujours alors Dieu c’est pareil quand il est en toi il revient toujours. »

2011 je ne sais pas ni où ni quand tout à basculé. Je me souviens juste que dans les années qui ont précédé et tout particulièrement en 2011 je sortais d’un épuisant combat pour mon sale gosse, j’avais rencontré d’autres jeunes, j’avais joué (ouhhh lalal toi? oui moi bah quoi c’est en jouant que j’ai connu papatissier . Voilà tu sais tout) j’avais pris des claques par (ce qu’on appelle chez nous ) des pyjamas (comprendre des gamins)Je me souviens que je m’étais aussi éloignée de Lui d’abord sans m’en apercevoir, puis en déménageant. De cette époque il reste Max, Gaspard, Marguerite, Alexandre, Julien, MKL… De cette époque il reste de belles amitiés, des petits trésors, des jeunes adultes qui prennent le relais et rentrent dans la vie active, il reste des petits que j’ai vu grandir, mûrir. Il reste des voyages, des souvenirs et des larmes aussi. De cette époque, il reste monmari ;), il reste nos heures de jeu (et surtout de grand silence sur skype juste pour être ensemble ^^), il reste un avenir à continuer de bâtir. Il reste des amis qui sont là même loin, il reste notre informaticien préféré qui squatte chez nous régulièrement avec beaucoup de joie. Il reste de cette période des blessures encore à vifs, des cicatrices qui saignotent de temps en temps et moi je suis comme mon chat quand j’ai mal je me planque XD .

Aujourd’hui on est en 2016 et oui ça y’est ^^ ça fait 5ans que j’avais lâché l’écriture, que j’avais pris de la distance (parfois contrainte par la non connexion parfois par choix), pour me protéger, pour reprendre mon souffle, me construire. Je me suis perdu loin de tout parfois puis je l’ai rencontré, je l’ai rencontré discret timide et silencieux. Je l’ai rencontré, on s’est apprivoisé, il m’a ramené à la lumière et on a fini par s’aimer.  Alors oui j’ai lâché mon blog, une partie de mon coeur, des amis mais j’ai quand même trouvé sur la route un trésor drôlement chouette qu’à l’époque je n’osais même plus espérer trouver.

2016, je suis là et quand je relis ces années de silences, je me rends compte qu’elles ont été bien rempli et riche. Je me rends compte que parfois je me suis reniée, je me suis éloignée de vous, amis bien établis non pas parce que je ne vous aimais plus mais bien parce qu’ autre chose m’attendait. Je me suis éloignée sûre que vous seriez sans aucun doute là quand je reviendrai. Comme l’a dit un jour un sage éléphant de ma connaissance « de toute façon quand tu seras amoureuse et en couple, tu ne le diras que quand tout sera sûr et on risque d’être surpris ». Croyez que je suis désolée si certains ont eu à souffrir de cet éloignement mais j’en avais besoin, c’était mon cycle « ombre » comme on en a tous un jour, un cycle lumière s’est installé avec mon mari et mes enfants mais cette fois JE SAIS!  Lorsque le cycle ombre reviendra je serais prête, je saurai que je ne serai pas seule pour traverser ça.

2016 et de belles amitiés se réveillent, d’autres se consolident, ma fille sourit et pour la première fois son frère lui rend son sourire instant éphémère mais oh combien précieux.

2016 commence dans ce pétillement des retrouvailles, des cafés programmés (parce que non y’en a marre de tout le temps en parler et pas se « forcer » à les fixer) , des discutions entre 2 biberons et tâches ménagères, des mots posés, des chants retrouvés, des » insomnnuits  » partagés, des ateliers peintures entre mamans, des « tu m’as grave manqué » , des « ne me laisse plus » , des promesses, des peut-être, des futurs rencontres/retrouvailles.

on est le 7 Janvier et j’aime déjà beaucoup 2016! MERCI

 

en route pour une nouvelle aventure

2015 pour nous a été une année vraiment particulière, une année intense, une année avec ses hauts, ses peurs, ses larmes de joies, ses larmes d’épreuves. Une année qui nous a vu nous dire oui, nous engager à la suite de Dieu, continuer de porter du fruit et de témoigner et consolider notre amour des autres. Une année où papatissier a pu s’entraîner pour l’examen qui l’attends. Une année avec nos familles, une année bien animée par notre jolie miniprincesse, notre petit tourbillon personnel. Une année dans l’accueil des amis, l’accueil de la vie, l’accueil et le sourire.

Une année dans les cartons, une déménagement pour s’agrandir maintenant y’a plus qu’à trouver quelqu’un pour vendre l’ancien appartement.

Une année riche mais intense aussi qui nous a bien mis sur les rotules mais bon « que votre joie soit parfaite » ^-^

2016 s’ouvre pleine de projets, des envies de voyages pour visiter les amis si loin, ceux qui sont si près dans le coeur, ceux qui sont là avec moi depuis toutes ces années. TOI, LUI, VOUS… Limoge, Toulouse, Perpignan, Vigeois, Bordeaux, Beaupréau, Grenoble, Lyon, Amien, Lille, Paray, l’île Bouchard et tant d’autres… bref pleins de destinations reste plus qu’à obtenir le « graal » hihihi

2016 s’ouvre sur des événements, des engagements (encore ^^), des témoignage de foi, des retrouvailles.

2016 s’ouvre sur la joie, le partage, la foi, nos enfants qui grandissent et nous émerveillent chaque jour un peu plus.

2016 s’ouvre sur l’examen le fameux, sur un bilan de compétence, sur des réflexions concernant nos avenirs, sur des recherches de maître de stages, d’employeurs.

2016 s’ouvre avec tant de choses à découvrir, tant d’inattendu, tant de surprises, tant de soleil, tant de petits riens, tant de sourire…

2016 vient on t’attend, quoi que tu nous réserves on sera là, debout, ensemble, fort. On sera là avec vous.

merci à chacun de vous de suivre nos petites bulles qui s’envolent vers le ciel! Que 2016 soit pour vous aussi belle et bonne que possible.

carte-voeux-bonne-annee-2016-originale-imprimer-gratuitement

ça sent le sapin

Le We dernier, on a fait notre sapin, le 1er où notre grande miniprincesse participe (l’an dernier elle a participer à ramper pour attraper les boules du bas surtout)

Le WE dernier c’était jour de fête, mon filleul (qui est aussi le fils de la marraine d’Apoline ça va vous arrivez à suivre? 😉 ) est venu passer l’après midi à la maison car depuis qu’il est en age de le faire, le rituel tous les ans c’est qu’il se transforme en lutin de noël pour venir nous aider à faire le sapin. La toute première année, j’avoue que c’était surtout pour me trouver une motivation pour le faire le dit sapin et quand j’ai vu ses yeux pétiller,la joie sur son visage si présente, on a décidé de refaire ça tous les ans. Désormais Miniprincesse sera une petite lutine et plus tard minibogoss la rejoindra et à 3 je suis sûr que toute la maison sera bien décorée. C’est ça aussi noël, avoir ses petits temps inhabituel qui nous rappelle que bientôt ça sera LA grande fête, qu’il faut s’y préparer, qu’il faut se faire beau à l’intérieur et à l’extérieur. Avec eux on retrouve un peu de la magie de noël, un peu des étoiles qui brillaient sans doute dans nos yeux enfants.

Le WE dernier, on a enfin exposé les dessins de pifi, de mini princesse (le frigo étant un endroit privilégié mais malheureusement la place n’est pas extensible  :/ ) Quand je me suis aperçue que la porte du tableau du compteur était métallique, j’ai pris mes aimants et zou les dessins du fifi et nénette exposés, entourés de guirlandes tout juste dans l’entrée quand tu rentres (c’est le principe d’une entrée en fait :p). Et bin je vous raconte pas comment il était fier le fifi, comment il avait la banane de voir ses dessins placardés devant la porte, pendant ce temps là nénette décrivait avec ses mots ses dessins sur le frigo tout aussi fière. C’est ça noël aussi, leurs donner des petites joies de rien du tout en apparence mais qui les font se sentir unique et même important. Pourtant pour eux ce sont des joies d’une grandeur magique.

Le WE dernier, papatissier qui s’entraîne dur pour son examen, avait travaillé sa technique de réalisation de croissants, il y avait passé la journée et pour le goûter on a eu des beaux croissants tout chaud nature et chocolat. MMMM du bonheur! C’est ça aussi noël voir les yeux des personnes proches briller quand tu leurs fait plaisir.

Hier vendredi 18, Nénette allait avec sa nounou et ses copains rencontrer le Père Noël, libre à eux d’aller à sa rencontre ou pas. Honnêtement, pour l’instant on ne lui en a pas trop parlé du PN d’abord parce que pour moi Noël c’est la naissance de Jésus et pas celle du PN, parce que  (toujours pour moi) le père Noël s’apparente plus à la tradition du Saint Nicolas et c’est pas une tradition de nos régions à papatissier et moi. Mais je respecte et je sais d’avance que sans en faire « des caisses » (pour parler d’jeun’s) elle ne peut pas échapper au traditionnel du PN (ce vieux barbu qui m’a toujours fait flipper enfant) mais dans notre discours papa et maman sont les lutins du père noël, ils lui transmettent les souhaits des enfants et après sont les « livreurs » du père noël. C’est notre choix, un délicat équilibre pour ne pas que les enfants croient qu’on les prends pour des billes (nan mais vraiment un vieux bonhomme qui passent par une cheminée alors qu’on en a pas? ça veut dire quoi? et tout ça une même nuit quasiment partout à la même heure?) tout en gardant la magie de leurs imaginaires. Maintenant j’ignore l’impact que ça aura sur eux mais ça aussi c’est noël 😉

Demain, on fera un grand goûter de noël avec les tontons, tatas et grands parents, chacun mets la main à la pâte, on se retrouve, on boit un chocolat chaud, on mange des brioches, des sablés, des fruits… C’est tout nouveau, tout chaud et ça fait des guilli dans le coeur. c’est la 2ème année qu’on le fait mais c’est déjà une joie, un peu comme un noël en avance sans les cadeaux, ça pétille. Surtout que cette année on ne sera pas tous réuni pour noël, entre ceux qui travailleront, ceux qui seront dans la famille de son/sa moitié/e et ceux qui quand même seront un peu en vacances et bien cette année aucun jour n’a pu coïncider avec tout le monde et toutes les « autres » famille. Alors on se réjouit encore plus de pouvoir se retrouver autour d’un chocolat bien chaud.

Cette année, je n’ai fais que rêver à la crèche que nous ferrons un jour avec les enfants. J’ai rêvé à nos expéditions dans la nature pour ramener de la verdure, rentrer, sortir les santons délicatement emballés dans leurs boîtes et faire voguer son imagination pour faire un beau petit nid douillet à ce petit bébé qui va arriver. Faire avancer son petit mouton au fil de l’Avent, au fil des efforts et des joies pendant que Papa et Maman font avancer le berger pour qu’ils arrivent tous le jour de Noël au pied de la mangeoire. Je n’ai pu qu’en rêver et fouiller dans mes souvenirs d’enfants car pour l’instant nous n’avons pas encore investi dans les fameux santons. Je les veux vrai, fait à la main comme à l’époque de la tradition provençal et du coup il faut un certain budget. Mais un jour, l’an prochain promis ma grande fille, on la fera ensemble.

Ici chez nous même si l’Avent Noël est censé nous aider à nous préparer pour l’arrivée de notre Seigneur et bien c’est un peu la fête tous les jours, il y a comme un parfum unique à cette période de l’année, une effervescence que même les pires crises ne peuvent ternir et assécher l’envolée de bulles qui montent vers le ciel. Ici dans nos cœurs, se mélangent nos Noël d’enfants, les ambiances, l’excitation, les jeux avec les cousins, les frères et sœurs. Ici dans nos cœurs se mélangent nos noël passés, les noël enrubannés de noirs, les noëls seul dans l’étable (aussi différent qu’un lapin bleu dans une étable 😉 * comprenne qui peut ^_^ )  . Ici dans nos cœurs, il y aura nos Noël tout neuf d’aujourd’hui et surtout nos Noël de DEMAIN, ceux des enfants qui grandissent, ceux des parents qui grandissent eux aussi mais différemment, ceux de nos amis si loin et parfois plus proches. Ces noël dont on rêve, ceux qu’on idéalise un peu, ceux qu’on espère, ceux que l’on attendra peut être pas mais qui seront là surprenant notre train train quotidien.

 

Le WE dernier chez nous c’était Noël Avent l’heure et ça sentait bon le sapin.

20151213_154559

 

 

 

*notez que c’est un billet de mon vieux blog donc on peut encore y avoir accès mais je vous déconseille de le commenter car 1) je n’ai plus accès à mon tableau de bord donc je ne peux malheureusement pas faire du tri dans la montagne de spamm qui peuplent ce blog déserté 2) au final, la vie reprend ici alors faisons salon ici ^-^ . En fait je l’ai mis en lien juste pour le clin Dieu du lapin bleu (un jour je vous parlerai plus en détail de ce bondissant ami, un jour je vous dirai que le tome 2 galilé une affaire qui tourne,  tant attendu est arrivé,  un jour promis .En attendant hein si vous êtes curieux tout est dans mes liens sur le coté là tout à gauche 😉 ,

Et puis faut le dire ça fait du bien de relire cette lettre d’invitation 😉

j’ai mal à ma France

Ce midi, allant chercher papatissier au travail (ça me fait marcher et ça aide Poussin à descendre daigner nous rejoindre), j’attends le tram me faisant la réflexion que « c’est étrangement mort ce matin », il n’ y a pas un passant dehors, il fait gris on sent une chape de plomb qui plane sur nous comme si le temps c’était arrêté sur les événements de ce WE. J’ai mal à ma France!

Je m’apprête à monter dans le tram à l’arrêt quand une dame d’un certain age ou d’un age certain monte derrière moi en râlant « pouvez pas aller plus vite le tram va pas vous attendre » . Je me retournes avec toute la mobilité que mon statut de baleine à quelques jours d’accoucher  exige pour lui sourire et le dire avec un humour un peu fatigué je l’avoue « ne vous inquiétez pas on montera tous dans le tram » et je l’entends fulminer dans mon dos « mais quelle cinglée celle là ! ». Je ne sais pas ce qui la rends furieuse comme ça mon sourire, mon calme ou juste cette chape de plomb mais j’ai mal à ma France. Plutôt que de répondre, m’énerver contre l’insulte gratuite, je contente de fermer les yeux, l’ignorer et faire cette prière « pardonne lui Seigneur elle ne sait pas ce qu’elle fait/dit » . Pendant ce temps là les rares personnes présentes n’ont même pas levé les yeux,  trop occupé à gérer le stress palpable qu’un potentiel conflit laisse transparaître. J’ai mal à ma France qui se terre, qui a peur. Je refuse cette psychose même dans mon quartier hétéroclite et « étranger » où tu entends plus facilement de l’Africain et de l’Arabe que du bon Français de France. Je refuse de céder à cette peur de l’autre car l’autre est beau, l’autre est aimable et puis je veux malgré tout croire à la Vie. Ma fille, mon bébé, mon mari me l’ont rappelé chacun à leurs manière JE SUIS VIVANTE!

Mais j’ai mal à ma France, j’aimerais lui faire un gros câlin comme à ma fille quand elle a un chagrin. Lui dire que ça ira  mieux demain, qu’elle n’a rien à craindre les adultes veillent sur elle. J’aimerai toi ma France te redonner confiance en l’avenir. Alors malgré la profonde douleur de ces martyres pour beaucoup morts si jeunes si innocent, la peur des autres je sors, je vie, je souris mais je reste prudente aussi ma rencontre de ce matin m’a rappelé combien chacun gère ses « maux » différemment et que actuellement la tension est telle que même un sourire, un regard peut déclencher une bombe.

« SEIGNEUR FAIT DE MOI UN INSTRUMENT DE PAIX »

demain est un autre jour

Ce  matin, le monde se réveillait dans le froid, la terreur, le choc. Paris brûle t’il?  le monde s’interroge, se relève peu à peu, pleure les disparus, cherche ceux qui sont sans nouvelles et continu sa route.

Nos dirigeants vont en avoir du pain sur la planche, pas mal de boulot en espérant qu’ils soient bien inspiré de prendre leurs responsabilités et relever cette France en douleur, blessée, martyrisée pourquoi déjà? ah oui parce qu’on est « un pays de croisé » , ça donnerai presque envie d’en être fier, fier de porter sa croix, fier d’être chrétien cette expression si elle n’était pas lancé comme une  insulte pour justifier un acte inqualifiable, injustifiable, impardonnable et pourtant… Où notre foi nous mènera t’elle? ne doit on pas prier pour ceux qui nous persécutent? ne doit on pas pardonner, sans juger? Notre Dieu d’Amour est il là dans ce silence meurtrier, cette folie furieuse de tuer tant d’innocents?

Et moi là à 6j d’un rendez vous attendu, de ce moment fatidique de DONNER LA VIE je regarde ma fille dormir paisiblement, elle  qui toute la journée dans son insouciance d’enfant de 20 mois aura jalonné de sourires, de rires parfois de pleurs notre quotidien. Que va t’on te transmettre à toi? à  ce petit dhom qui s’apprête à nous rejoindre? un texte m’a beaucoup touché ce soir http://www.poteaurose.fr/comment-imaginer-ta-vie-ma-puce/ , il me parle d’autant plus que toute la journée je me suis posée ce genre de questions qu’on ait la Foi ou pas ou plus…  et nos enfants dans tout ça?

ce texte délicat, pleins d’interrogations mais aussi d’espoir, d’espoir parce que nous aussi on a un sacré challenge de vous élever là dedans nos chers petits, on va devoir redoubler d’amour, de confiance sans pour autant renier notre responsabilité de parents, d’éducateurs.

Et puis il y a eu ces quelques mots échangés, ce sourire, ces petites nouvelles anodines mais qui font du bien d’abord parce que ça faisait longtemps (trop) qu’on en avait pas pris l’un de l’autre et parce que c’est le signe que la vie qui s’écoule est aussi porteuse de joies qu’il nous faut absolument préserver voir entretenir. D’ici le 31 décembre 3 naissances à venir dans notre entourage proche (sans compter la notre) c’est beau même si c’est symbolique face à tout ce carnage, ça n’enlève pas la douleur et le deuil mais bon ça fait du bien quand même de voir que la vie continue malgré son flot d’incertitudes, son flot d’appréhension pour l’avenir.

Il ne faut pas que la peur s’arrête chez nous (facile à dire quand on a pas vécu les choses de pleins fouets c’est vrai), la prudence oui, la vigilance oui aussi pourquoi pas mais la peur, la haine et la vengeance non.

Un jour je vous raconterai les enfants cette année 2015, cette année où notre France a été tout particulièrement meurtrie, blessée dans son identité, dans son humanité mais cette année aussi toute particulièrement bénie pour notre famille. Je continuerai de vous dire ce que je vous ai dis alors Papa et Maman vous aiment très fort, s’aiment tout aussi fort et croient un peu naïvement (sans doute) que le monde qui nous entoure n’a pas que du noir, du sang et de la terreur à vous offrir.